Articles

La Lettre n°1 : Le SAGE décliné en Schémas Locaux

header

Le périmètre du SAGE Nappes profondes couvre plus de 10 000 km². Pour répondre à des enjeux locaux sur des espaces plus restreints, les actions sont précisées dans des schémas locaux construits avec les acteurs du terrain dans la recherche d’une plus grande efficacité technique et économique.

Ces schémas poursuivent deux objectifs : concourir à l’atteinte des objectifs du SAGE et apporter des réponses à des problèmes locaux, le tout en proposant des solutions viables, optimisées du point de vue technico-économique et, lorsque cela est pertinent, en mutualisant les moyens ou en dépassant les territoires d’exercice des compétences. Cohérentes et optimisées, les solutions proposées sont plus facilement soutenues par les partenaires financiers et les procédures administratives d’autorisation sont plus faciles à mener.


Arrêté en 2009, le 1er schéma concernait 22 communes et plus de 25 000 habitants du nord Médoc. Ce territoire est alimenté en eau potable à partir de ressources concernées par l’une des principales zones à risque identifiée dans l’Atlas des zones à risque arrêté par la Commission Locale de l’Eau. Au-delà des enjeux du SAGE, l’analyse à l’échelle de chaque service de l’eau a révélé des problèmes de quantité et de qualité d’eau, et des problèmes de disponibilité quantitative pour le futur. Face à ce constat, le schéma arrête une stratégie et des principes de mise en service de ressources nouvelles pour le Nord-Médoc.


Plus récent, le schéma du sud Médoc visait à répondre aux craintes exprimées par certains services de l’eau du sud Médoc sur le projet de champ captant à l’Oligocène des environs de Sainte Hélène. Ce schéma concerne un territoire de près de 900 km², entre Lacanau et l’estuaire de la Gironde pour une population permanente de 44 000 habitants, et plus en été. Sur ce territoire est localisé le 1er projet de substitution porté par Bordeaux-Métropole. Il doit permettre à l’agglomération bordelaise et aux territoires ruraux de l’est et du sud de l’agglomération de réduire leurs prélèvements dans les nappes surexploitées. Après avoir examiné toutes les solutions possibles, notamment une desserte depuis le futur champ captant, le schéma arrête les principes simples suivants : organiser les transferts d’eau d’ouest en est et non l’inverse, et solliciter, en priorité les ressources non concernées par le SAGE, puis celles du SAGE en tenant compte de leur état.


Enfin, le projet de schéma opérationnel de substitution de ressources précisera qui sera approvisionné à partir du champ captant des «Landes du Médoc» porté par Bordeaux-Métropole. Ce schéma de desserte, en cours d’élaboration, doit non seulement permettre de réduire les prélèvements excédentaires à l’Eocène et à l’Oligocène, mais aussi résoudre des problèmes actuels ou futurs de quantité ou de qualité rencontrés par les services de l’eau de la périphérie de l’agglomération. Il doit garantir une utilisation maximale de la nouvelle infrastructure de production pour minimiser l’impact de la substitution sur le prix de l’eau. Ce 3ème schéma traite, comme les deux précédents, des aspects techniques et économiques, mais comportera également un volet financier et juridique destiné à encadrer les échanges d’eau à venir.
Ces différents schémas proposent des solutions, dont la faisabilité est vérifiée, notamment pour la création de nouveaux pôles de production. Pour celles présentant un aléa fort, le SMEGREG a porté les études préalables ou a pris à son compte le risque d’échec en procédant à des reconnaissances par forage dont les derniers ont été réalisés à Vensac ou à Castelnau de Médoc.

green