Imprimer

N°4 JUIN 2017

Voir la version en ligne

La lettre des nappes profondes de Gironde

---
 

Editorial
Réorganisation territoriale, grand et petit cycles de l'eau

Daniel SAINT-MARC

Président du SIVOM du Bazadais

Membre de la Commission Locale de l’Eau des Nappes Profondes de Gironde

La gestion de la ressource en eau, et plus encore celle de nappes profondes, nécessite que l'on se projette et que l'on agisse sur de grands espaces et des temps longs. Dans le cas des nappes profondes, avec 92% des prélèvements dans les unités de gestion déficitaires, l'alimentation en eau potable peut être considérée comme le principal responsable de la surexploitation locale de certaines ressources.

La bonne gestion du grand cycle de l'eau relève donc de la responsabilité d'acteurs en charge du petit cycle de l'eau potable. Mais il est difficile pour une collectivité en charge de l'eau potable, au périmètre d'intervention limité, et dont la préoccupation quotidienne est celle du service rendu, d'intervenir dans la gestion des nappes profondes.

Le SMEGREG, reconnu en tant qu'Etablissement Public Territorial de Bassin (EPTB) pour les nappes profondes en février 2015, vise notamment à organiser les acteurs de l'alimentation en eau potable pour garantir une gestion équilibrée et durable des nappes profondes. Si le SIVOM du Bazadais a souhaité rejoindre le SMEGREG, c'est pour sa position à l'interface des grands et petits cycles de l'eau. Veillons à ce que la réorganisation territoriale voulue par la Loi NOTRe soit l'occasion de mieux articuler nos actions à ces deux échelles.

 
 
---
 

Réforme territoriale, alimentation en eau potable et gestion des nappes profondes

En première analyse, en réduisant le nombre de services d'eau potable, la réforme territoriale, issue de la loi NOTRe, peut apparaître comme un facteur facilitant la gestion des nappes profondes. En effet, bien qu’abondantes, ces nappes souffrent d'une mauvaise répartition spatiale des prélèvements. Mais augmenter la taille minimale pour l'exercice de la compétence alimentation en eau potable ne rendra pas plus faciles les transferts d'eau. C’est aussi le risque de voir se ralentir ou disparaître des dynamiques locales intéressantes pour la gestion des nappes.

Lire la suite

 
 
 
 

Pourquoi un schéma opérationnel de substitution ?

Substituer une ressource pour soulager une nappe déficitaire, ce n'est pas uniquement créer un nouveau pôle de production d'eau potable. C'est aussi adapter les infrastructures existantes pour irriguer le territoire, formaliser l'engagement des collectivités à s'approvisionner durablement à partir de cette nouvelle ressource et organiser un partage équitable des coûts.
La politique d'économie d'eau a permis d'accueillir en Gironde près de 200 000 habitants supplémentaires tout en diminuant les prélèvements pour l'eau potable. Au-delà de ce constat encourageant, les objectifs du SAGE Nappes profondes de Gironde nécessitent également la mise en œuvre de projets de substitution de ressources à concurrence de 20 millions m3/an (soit plus de 15 % de nos sources d'approvisionnement) selon l’évaluation actualisée et validée par la CLE en 2015.

En savoir plus

 
-
 
 

Elaboration des documents d’urbanisme, faible préoccupation des porteurs de projets ?

Depuis 2004, les documents d'urbanisme doivent être compatibles avec les schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE). S'interroger sur la compatibilité d'un document d'urbanisme avec le SAGE Nappes profondes de Gironde revient à examiner les modalités pratiques d'approvisionnement en eau potable du territoire concerné et à vérifier qu'elles ne s'opposent pas à la bonne gestion des nappes. Simple à dire, mais plus complexe à mettre en œuvre.

Si l'on prête à tort à Napoléon Bonaparte et au Général de Gaulle la phrase "l'intendance suivra", on peut parfois se demander si certains porteurs de documents d'urbanisme n'en auraient pas fait leur maxime.

Lire la suite

 
-
---
 
 

La consommation des activités économiques en hausse

Une récente évaluation de l'efficacité de la politique girondine d'économie d'eau a confirmé la baisse des pertes en distribution, des usages collectifs et des consommations domestiques. Seule l'activité économique voit ses volumes augmenter. Doit-on s'en inquiéter ?

Réalisée pour évaluer l'efficacité de la politique d'économies d'eau voulue par le SAGE Nappes profondes, la comparaison des volumes consommés par catégorie d'usage en 2005 et 2013 réserve une surprise.

  Lire la suite
 
 
 

Le SMEGREG compte 5 nouveaux membres

Avant même son 20ème anniversaire, le SMEGREG affiche déjà le chiffre 20. En effet, de nombreux services ruraux ont progressivement rejoint les deux membres fondateurs de 1998 : le Conseil Général de la Gironde et la Communauté Urbaine de Bordeaux. Aujourd’hui, le SMEGREG regroupe et accompagne 20 services alimentation en eau potable, soit 172 communes urbaines et rurale et plus de 60 % des volumes prélevés pour l’eau potable en Gironde.

 Lire la suite

 
 
 

Politique d’économie d’eau : Bravo la Gironde !

Dans un contexte national de baisse des consommations, on peut s’interroger sur l’efficacité de la politique d’économie d’eau dont le SAGE Nappes profondes a fait sa priorité. Le rapport 2016 de l’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement établit un panorama national des consommations domestiques moyennes d’eau potable. La Gironde se distingue nettement des départements qui l’entourent, en affichant la consommation par habitant la plus faible du sud-ouest.

30 à 50 m3, c’est dans cette fourchette que se situe la consommation moyenne annuelle d’un Girondin. Nous sommes donc en France parmi les départements les plus vigilants malgré une part importante de consommation liée au tourisme (critère pris en compte dans cet indicateur).

 Lire la suite

 
 
 

Dossier UFC Que Choisir "qualité de l'eau du robinet"
Les Girondins sont des enfants gâtés

En janvier 2017, l’UFC Que choisir a publié sur son site internet une carte interactive de la qualité de l'eau dans toutes les communes du territoire national métropolitain. Si les informations mises à disposition ont provoqué des réactions de défiance dans de nombreuses communes, elles constituent, pour la Gironde, une parfaite illustration des avantages d'un approvisionnement qui repose sur les nappes profondes. Les défauts constatés en Gironde sont révélateurs de la bonne sécurité sanitaire que nous procurent ces nappes.

 
-
-
 

3 questions à Cloé Labat Ingénieur chercheur ENSEGID au SMEGREG

 1 ) Vous venez de rejoindre pour 3 ans l’équipe du SMEGREG en tant qu’étudiante-chercheur. Pouvez-vous préciser ce qui se cache derrière cet intitulé ?

Je travaille au SMEGREG via l’institut de recherche qui m’emploie. Mon sujet de recherche, lancé par le SMEGREG, durera 3 ans, période à l’issue de laquelle je soutiendrai ma thèse de doctorat. Le SMEGREG et l’ENSEGID, école dont je suis diplômée, me fournissent les ressources dont j’ai besoin pour mener à bien cette thèse.

2 ) Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à poser votre candidature ?

Le sujet : l’étude hydrogéologique de l’aquifère du Cénomanien dans le secteur du Sud Gironde, est très opérationnel. En effet il consiste à chercher une nouvelle source d’approvisionnement en eau potable pour la Gironde, cette application directe et les enjeux territoriaux qui en découlent sont une réelle source de motivation pour moi. Par ailleurs, le sujet fait appel à des compétences pluridisciplinaires (géologie, hydrogéologie, environnement, …) ce qui lui procure une grande richesse scientifique.

3 ) Et concrètement, comment allez-vous faire pour trouver cette eau ?

Je vais commencer par une étude géologique grâce à un travail bibliographique et aux données déjà existantes. Ces connaissances seront complétées par la réalisation de campagnes de prospection. L’interprétation de la géologie permet de visualiser l’architecture du sous-sol et donc de comprendre comment s’agence le réservoir qui contient potentiellement l’eau que l’on cherche, et surtout quelles sont les relations qui existent ou non avec les milieux environnants.

 
 

Les forages sous surveillance continue

La disposition 74 du SAGE Nappes profondes de Gironde s'intéresse à l'état du parc de forages existant et vise à se prémunir des risques liés à leur dépérissement. Pièce essentielle du service d'eau potable, le forage reste en effet le parent pauvre de la gestion patrimoniale des infrastructures. Passer d'interventions curatives à une gestion préventive, c'est l'objectif de l'étude qui va être menée durant 3 ans sur une vingtaine de captages des membres du SMEGREG.

 Lire la suite

 
-
 

Stands des Espaces Info Economie d’Eau

Marchés locaux, accueils des nouveaux arrivants, fêtes locales… la vie citoyenne des communes est marquée par de nombreuses manifestations grand public. Ce sont des lieux fréquentés et donc privilégiés pour accueillir les Espace Infos Economies d’Eau. Pour développer ces rendez-vous de sensibilisation des Girondins, une action de communication est mise en œuvre auprès des responsables événementiels des communes et des communautés de communes.

 Lire la suite

 
 

Le Chiffre : 15 litres / jour

C’est le volume d’eau perdu en une seule journée par un robinet qui fuit en goutte à goutte.

C’est aussi ce qui est perdu en faisant une vaisselle à l’eau courante au lieu de remplir les bacs d’évier.

Soyons vigilants, économiser l’eau, c'est simple et efficace.
 

 

 
 
-
 
---
Tous droits réservés, SMEGREG, 2017
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre, désabonnez vous

N'hésitez pas à transmettre cette lettre ! Inscriptions sur www.smegreg.org

---